UN DOCTEUR POUR TOUS SAINT THOMAS D'AQUIN 
JACQUES & DELPHINE HENRY
245 pages sur papier chamois, une illustration, format 12x18

Introduction par l’exempleà la pratique de la philosophie

Neuf articles sur l’obéissance et la désobéissance
Somme de Théologie IIa IIae Q104 et Q10517ème Question disputée A4
Introduction, traduction nouvelle et notespar Jacques et Delphine Henry

Pourquoi cet ouvrage ?
Le présent opuscule veut intéresser à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, en illustrant sur un exemple la pertinence de ses méthodes d’analyse et la profondeur de ses conclusions.
Cela peut ressembler à une gageure : la philosophie est aujourd’hui peu rentable ; saint Thomas est vieux ; le thème d’illustration choisi – l’obéissance – est tout sauf alléchant. Eh bien ! tant pis, ou plutôt tant mieux : n’en essayons que de plus belle. Chacun sent bien que la philosophie demeure quelque chose d’important ; nous entreprenons de montrer, à la suite du docteur commun, qu’elle est également utile et agréable. Vous n’avez encore jamais ouvert saint Thomas ? qu’importe, il faut bien commencer, et, si vous êtes ici, voilà qui est presque fait. Vous craignez un auteur austère ou réservé aux docteurs de Sorbonne ? Saint Thomas a rédigé sa grande œuvre pour des débutants ; allez juger sur pièce et retrouver le professeur qui enthousiasmait naguère le Quartier latin. Quant à l’obéissance, si le concept ne vous plaît pas, reconnaissez qu’il vous concerne : vous avez un chef, vous êtes ou serez bien un jour le chef de quelqu’un.
Tout problème peut être abordé de cent manières différentes ; ceux qui aiment la sagesse n’en négligent aucune. Si la philosophie s’est progressivement constituée en discipline scientifique, avec son vocabulaire et ses techniques, elle n’en demeure pas moins une bonne fille, capable d’égayer le café du commerce ou les soirées au coin du feu. Pour préparer à l’étude minutieuse du texte de saint Thomas, une réflexion préliminaire sur l’obéissance ne peut que se révéler fort utile : saint Thomas ne dispense pas de penser, il enseigne au contraire à mieux utiliser par soi-même son intelligence. Avec ceci, il ne s’agit toutefois pas de réinventer l’Amérique ; de meilleurs que nous ont pensé avant nous, et nous avons choisi le plus grand pour guide. La seule étude de la place que saint Thomas a réservée à l’obéissance dans la Somme de théologie vaut déjà bien des traités. Il sera temps ensuite d’introduire quelques outils plus techniques et de les appliquer à l’obéissance.
Vous serez alors bien outillé pour aborder ce qui est l’essentiel de ce petit volume, et qui en demeurera bientôt pour vous l’unique intéressant : les textes de saint Thomas lui-même. N’hésitez pas à y passer directement si vous êtes déjà un tant soit peu familier de la pensée scolastique, ou si vous souhaitez vous jeter à l’eau sans plus attendre, ce qui est peut-être la vraie sagesse. De nombreuses notes devraient en outre vous aider à poursuivre ensuite, dans des textes ou des élargissements qui ne seront qu’esquissés ici.
En avant.


Jacques et Delphine Henry

 

245 pages sur papier chamois, une illustration, format 12x18

21 euros + 5 euros de port.